• Sarah K - Auteure

Ecrit libre 2 (année 2021)

Bonjour tout le monde, nous nous retrouvons aujourd'hui pour un nouvel écrit libre. Je vous souhaite une bonne lecture.

Tandis qu’il abattait un arbre avec sa hache favorite, le bruit caractéristique des battements d’aile d’un dragon se fit entendre. Le bûcheron lâcha se prise et se précipita vers la destination de l’animal volant : arrivé à la clairière, il fut encore plus excité qu’auparavant, cela faisait si longtemps qu’il ne l’avait pas vue. La princesse dragon était revenue sur ces terres après une absence qui avait duré plus de trois mois. Le jeune homme se souvenait de la dernière fois qu’il l’avait vu, c’était avant son départ pour l’île Juntar ; il avait voulu l’accompagner mais voilà, elle avait refusé, déclarant que sur cette île, les dragons n’avaient pas la possibilité de revêtir forme humaine comme ici et qu’il serait plus en danger qu’autre chose. Il était de son devoir de futur reine de passer du temps sur l’île afin de gouverner et empêcher à la fois un coup d’État et une invasion sur le continent humain.

Il ne comprenait toujours pas pourquoi elle était si clémente, avec les humains, il y avait plusieurs années, on l’avait envoyé ; lui, chevalier, avec toit son attirail, dont une épée, pour tuer le dragon qui « sévissait » sur les terres du roi. Sauf qu’en arrivant à l’endroit supposé être la tanière de la bête sauvage, il avait découvert une magnifique jeune femme aux yeux noirs et aux cheveux rouges comme les flammes écarlates. Il l’avait trouvé sublime au premier coup d’œil et avait et toutes les peines du monde à accepter de croire qu’il s’agissait de la forme humaine dit dragon. En tant que chevalier, il était retourné près du roi et lui avait expliqué que l’animal doté de pensée et parole avait de mystérieux pouvoirs et réclamait audience.

Ainsi, après moultes discussions, il avait été convenu qu’en échange d’un terrain sur le continent, les dragons s’engageaient à ni attaquer les autres territoires ni à tuer les êtres vivants. En trois ans, le royaume des dragons du continent s’était développé, tous les habitants respectaient la gouverneure pour tout ce qu’elle faisait pour eux : elle avait amélioré l’agriculture en ne faisant pousser que des céréales supportant les conditions climatiques de la région. De plus, elle avait développé l’échange économique du pays en exportant des produits type de son territoire dans les autres en échange de leurs produits. Tout le monde lui était reconnaissant sauf l’ancien chevalier qui avait la sensation qu’on lui faisait faire tout le travail. En effet, quand la princesse dragon partait pour l’île Juntar, c’était lui qui assurait l’intérimaire, c’était lui qui devait gérer les affaires courantes et prendre des décisions à sa place. Il ne pouvait pas laisser les choses en était et attendre le retour de la dragonne, car elle partait souvent pour plusieurs mois. Il était bien décidé à lui faire part de ce constat et de ses sentiments, mais comme à chaque fois, dès qu’il la voyait, il n’était plus capable de raisonner clairement et se taisait, enfin jusqu’à ce jour…

— Quelles sont les nouvelles ?

— Le roi voulait un rapport sur notre économie et le rendement de nos récoltes et ventes, les jumeaux qui vous servent d’intendants pour la localisation et les indexations des terrains avaient tout mélanger, il a fallu deux jours entiers pour tout remettre en état.

— Autre chose ?

— Non.

— Très bien, je te remercie de me remplacer à chaque fois. Je sais que c’est un travail pesant et ingrat et comme personne d’autre ne veut le faire, tu dois être un ange.

— Que voulez-vous ?

— Comment cela ?

— Quand vous faites l’éloge de mes qualités, c’est toujours parce que vous avez un service à me demander, laissez-moi deviner : vous devez repartir pour l’île plus tôt que prévu ?

— Non, ce n’est pas cela, je pensais seulement au fait que tu fais un excellent travail et que tu pourrais, enfin si tu le désirais, bien sûr, être gouverneur de cette province à part entière et non en tant que régent. Je suis prête à te céder les pouvoirs si le roi Dalbien est d’accord.

— Êtes-vous certaine de votre choix ?

— Oui, pourquoi ?

— Je ne veux pas de votre poste, princesse, je n’ai pas pour but de diriger un royaume et c’est déjà beaucoup trop de pression quand je dois être régent. Je suis un chevalier, un homme d’action, pas un diplomate.

La princesse dragon regarda l’homme comme elle ne l’avait jamais fait, comme si elle le voyait réellement pour la première fois. Lui qui était venu pour la tuer, l’avait aidé à rencontrer le roi et l’avait suivi pour surveiller son travail et sa personnalité. Elle l’avait vu s’adoucir et prendre le bien être des habitants pour principe et toujours œuvrer en ce sens, et elle s’était trompée… Il avait agi comme un chevalier, comme un homme qui ne peut pas abandonner plus faible que lui, comme un devoir et non une volonté propre. Il ne désirait pas ce poste et elle ne l’avait jamais remarqué. En sachant cela, elle devina qu’il avait pris son mal en patience toutes les fois où elle était partie et qu’il avait dû ruminer la situation des centaines de fois avant de craquer. Il devait être à bout, elle ne pouvait pas lui en demander plus, elle devait lui rendre sa liberté et en même temps, elle avait pris l’habitude de l’avoir près d’elle, comme un confident et un conseiller, comme un ami tout simplement. C’était égoïste de sa part, elle le savait, mais elle avait besoin de lui pour encore quelque temps, jusqu’à son mariage.

©S.

Je vous dit à la semaine prochaine avec un nouveau texte de ma composition.

0 vue

Posts récents

Voir tout

Quand le destin s'en mêle (extrait)

Bonjour tout le monde, je voudrais vous proposer aujourd'hui un extrait de mon autre roman en cours d'écriture, je sais que je vous avais déjà proposé un extrait (le début) de cette histoire au commen

Un monde parallèle

Bonjour tout le monde, je vous propose aujourd'hui le résumé ainsi que le prologue de ce nouveau roman fantastique dont j'ai eu l'idée via un rêve. Je vous en souhaite une bonne lecture. Résumé : Elew

Ecrit libre 5 (année 2021)

Bonjour ! On se retrouve aujourd'hui pour un nouvel écrit libre dont les mots imposés étaient les suivants : cacahuètes, goûter, maison, camion et enfant. Je vous souhaite une bonne lecture. Nous veni

 
  • facebook