• Sarah K - Auteure

Ecrit libre 5

Voici un texte créé à partir des mots fournies par une camarade (Exa) sur un discord d'écriture.

J’étais allongée sur l’herbe et regardais le ciel, enfant je m’amusais à chercher des formes dans les nuages, je rêvais de princesse enfermée dans un donjon, gardé par un dragon et sauvée par le prince charmant. Mais c’était quand j’étais enfant, aujourd’hui, âgée de presque trente ans, un champ de tournesol pas loin, les pieds en éventail, je réfléchissais au sens de ma vie. J’avais un travail, une maison, je n’avais pas à me plaindre… Et pourtant, je me sentais affreusement seule, j’étais en couple depuis plusieurs années, mais j’avais l’impression d’être célibataire, nous ne faisions rien ensemble, nous n’avions aucun centre d’intérêt commun, je percevais ma vie sentimentale comme un désert sans la moindre oasis pour y épancher ma soif. Et c’est là que je pris une décision : tout plaquer.


En rentrant chez moi, je découvris mon partenaire, allongé sur le canapé, en train de jouer sur son téléphone portable. J’attendis patiemment qu’il termine sa partie pour lui parler. D’une voix assez froide, je lui demandais de quitter mon logement, de prendre ses affaires avec lui et de ne pas revenir. Pour toute réponse de sa part, je le vis monter à l’étage ; pensant qu’il était parti faire son sac, je vaquais à mes occupations, repensant à notre relation. Je me demandais ce que j’allais faire à partir de maintenant : j’allais me retrouver seule, devais-je chercher quelqu’un d’autre, passer du bon temps ou rester avec moi-même ? À force de rester dans mes pensées, je n’avais pas remarqué que les heures avaient passées, je n’avais pas remarqué que mon compagnon n’était toujours pas descendu.


Décidée à savoir ce qu’il faisait, je montai rapidement et le retrouvais assis sur mon lit, son sac au pied du lit. Il se leva et m’attira contre lui avant de murmurer à l’oreille : « J’aimerais te voir manger une banane avant de partir », je le repoussais violemment et le fit sortir de chez moi. J’avais les joues rouges et la respiration hachée, cet idiot m’avait mis une image en tête que je n’arrivais pas à chasser. En passant par la cuisine, je mis ces maudits fruits à la poubelle en me promettant mentalement une chose à moi-même : la prochaine fois, je ne resterais pas avec un homme qui fait des sous-entendus fruités.

© S.

À la semaine prochaine...


18 vues

Posts récents

Voir tout

Ecrit libre 5 (année 2021)

Bonjour ! On se retrouve aujourd'hui pour un nouvel écrit libre dont les mots imposés étaient les suivants : cacahuètes, goûter, maison, camion et enfant. Je vous souhaite une bonne lecture. Nous veni

Fête de la musique

Bonjour tout le monde, cette semaine je me suis inspirée de la fête de la musique qui aura lieu le 21 pour écrire le texte qui suit. J'espère qu'il vous plaira et que l'humour ne vous fera pas fuir lo

Journal d'une jeune femme (extrait 5)

Lundi 2 : Je l’aime, inéluctablement, inlassablement, désespérément, mais je le rends malheureux et je le brime. Je viens d’apprendre qu’il réfrénait ses envies et désirs à cause de moi ; je pensais n

 
  • facebook