Rechercher
  • Sarah K - Auteure

Journal d'une jeune femme (extrait)

Mis à jour : avr. 4

Bienvenu(e) dans la tête d'une jeune femme dépressive qui parle de son amour et de ce qui la marque face à ses sentiments. Bonne lecture.

     ---------------------------------------------------

Mardi: Je ne sais comment lui prouver que je l'aime en dehors des mots mais je suis consciente que cela ne suffit pas. J'aimerais répondre à ses attentes mais je ne les connais pas, il les garde pour lui, à clef dans son coeur. J'aimerais le connaître par coeur, savoir comment il fonctionne et ne pas me reposer sur mes suppositions.

Il est comme un chat, quand je pense avoir sa confiance, il s'enfuit. Je sais qu'il reviendra, il revient toujours mais au fond de moi, une petite voix me dit qu'il ne reviendra pas cette fois. Et cette crainte s'accumule aux autres. Bien sûr, je ne peux pas le lui dire, il le prendrait mal; il penserait peut-être que je n'ai pas confiance en lui. Le pire c'est que de nombreuses femmes sont confrontées à ce sentiment d'insécurité, il n'y a pas que moi. Du coup, je garde tout au plus profond de moi et ce même quand il me demande de tout lui dire. Je devrais peut-être tout lui avouer afin de me sentir plus légère... mais lui dans tout cela ? Dans quel état sera-t-il ? Je suis certainement égoîste mais je préfère me dire que je pense à son état mental avant de penser au mien. Il n'est pas un roc mais un être humain, il a donc ces failles et il a ses propres problèmes... Je n'ai pas à lui rajouter les miens.

Au fond, je me demande si quelqu'un d'autre pourrait supporter tout ce que j'ai vécu sans devenir fou. Lui non plus, il n'est pas au courant de ma croix. Seules quelques personnes le sont et elles m'ont tournées le dos les unes après les autres, c'est pour cela que je ne suis pas à l'aise avec l'idée de lui en parler. Je crains une fois de plus qu'il ne parte. Je connais le fait que notre cerveau produise une théorie et qu'à chaque phénomène allant dans ce sens on est de plus en plus persuadé de cette chose... C'est ce à quoi je suis probablement confrontée mais et si ce n'était pas le cas ? Et si ce que je pensais était vrai ? Et si en lui avouant mon passé et mes craintes, il me faisait sortir de sa vie ? Que deviendrais-je ? Que me resterait-il ? Je n'ai déjà plus rien à quoi me raccrocher...

Je ne suis pas aussi forte que tout le monde le croit; ce n'est qu'une façade, une image construite autravers des années pour me protéger du monde extérieur. Cela il le sait, je lui en ai déjà parlé lors d'une de mes périodes de mal-être dépressif. Il a été et il sera toujours la bouée de sauvetage qui me permet de ne pas m'enfoncer trop profondemment. Je ne sais pas si je peux affirmer que tout va bien dans ma vie mais je peux dire que je me sens un peu mieux depuis que je le connais. Je survis avec un peu plus de facilité, je me nois moins dans le désespoir de ma vie. Il est un ange tombé du ciel, il est mon ange, celui qui veille sur moi, qui se rend compte quand je ne vais pas bien. Je l'aime à un degré qui me terrifie car la chute n'en sera que plus douloureuse si il me repousse. Je ne serais pas bien mais je ne lui en voudrais pas, jamais, car ce sera de ma faute si cette situation se produit.

Jeudi: Je ne sais toujours pas où j'en suis, je dois le laisser vivre et ne pas le harceler mais franchement, il mériterait que je le frappe pour toute l'inquiétude et le manque de sommeil qu'il me procure... Comme si je n'avais pas assez de mes propres soucis, il a fallu que je m'en rajoute, je dois être masochiste. Qui a dit que l'amour était la plus belle chose au monde ? Qui a dit qu'être amoureux c'était vivre dans le bonheur ? Désolée de contredire toutes ces personnes qui rêvent du prince charmant. Mesdames, cet homme que montre les dessins animés de votre enfance n'existe pas : réveillez-vous.

L'amour n'est pas un fleuve tranquille, l'amour peut être comparé à des montagnes russes émotionnelles; tout ne se déroule pas comme on le souhaite, il faut faire des compromis, être à l'écoute, garder son sang-frois et beaucoup dialoguer avec l'autre. J'aimerais aussi te parler d'une autre idée préconçue sur l'amour: le fait qu'on voit le monde en rose, c'est peut-être vrai pour certaines personnes mais pas pour moi. Je vois toujours le monde tel qu'il est avec ses bons et mauvais côtés. Je ne porte pas d'oeillères, je refuse d'être un mouton et de suivre. Je pense par moi-même, je me fais mon idée propre des choses et des personnes, à part en ce qui le concerne, LUI.

Mercredi: Je reviens vers toi pour te parler d'amour. J'ai déjà noirci des pages à ce sujet mais c'est ce qui me préoccupe le plus en ce moment. J'aimerais avoir quelque chose de stable dans ma vie, j'ai vraiment l'impression de perdre pied sans trip savoir pourquoi. Une chose est sûre, plus j'aime cet homme et plus je perds pied: mes repères disparaissent, il me reste en tête et je ne pense qu'à lui. C'es malsain et je n'aime pas cette situation, je sais que ce n'est pas bon pour moi et du coup je m'occupe l'esprit comme je peux avec mes corvées, de la musique, mon ordinateur. Je travaille plus qu'avant dans le seul but de ne pas penser à autre chose qu'au travail qui est sous mes yeux. Nous sommes d'accord pour dire que c'est ridicile, que je suis ridicule. Je suis tellement accro à lui que lorsque je n'ai pas de nouvelles, je sombre dans le désespoir. Encore une fois, je suis ridicule, j'en ai conscience pourtant, mais je ne sais pas quoi faire pour changer. Je ne trouve pas d'idée et je n'ai pas envie de déranger plus mes amies avec cette histoire.

Samedi: Au fond c'est quoi la mort ? Une étape de la vie ? La séparation de l'âme du corps ? Une réincarnation ? La fin de tout ? Le début d'autre chose ? Personne ne peut dire avec certitude ce qu'il en est. Au fil du temps, au fil des croyances, le sujet de la mort à fait couleur beaucoup d'encre et a fait s'élever différents modes de pensées. Pourquoi je me pose la question ? Parce qu'une personne qui m'est chère vient de perdre un membre de sa famille et j'aimerais trouver les mots pour soulager sa peine mais je ne sais pas quoi lui dire. Je sais avec expérience que présenter ses condoléances à quelqu'un ne l'iade pas, en temps de deuil, tout ce qu'on souhaite c'est être dans un mauvais rêve dont on va se réveiller, on ne veut pas croire à la mort même si on voit le corps. On espère un quelconque miracle qui ne viendra pas. La douleur qui nous entoure ne peut être pansée qu'avec le temps et encore, elle ne disparaît jamais, on s'en accomode, la douleur devient une partie de nous-même. Ensuite, on se relève, plus ou moins rapidement selon les personnes. Personne n'a le droit de nous dire que tout ira bien, qu'il faut se relever de suite, que ce n'est qu'une mauvaise passe. Les autres ont le droit de vous épauler, de vous dire qu'ils sont là pour vous, mais en aucun cas ils n'ont le droit de vous dénigrez vous et vos sentiments. Pour en revenir à mon problème, j'ai beau savoir ce par quoi il passe, je ne sais pas quoi lui dire. Je sais seulement ce qu'il ne faut pas dire. Et du coup, encore une fois, je me tais et me mure dans le silence qui devient de plus en plus régulier entre nous.

 © S.

Posts récents

Voir tout

Poèmes de Baudelaire

Bonjour à tous et toutes, voici des poèmes de Charles Baudelaire que j'apprécie. La musique souvent me prend comme une mer ! Vers ma pâle étoile, Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther, Je me

Ecrit libre 8

Bonjour à tous et toutes, voici un nouvel écrit libre, les mots m’ont été donné par des membres de ma famille : dramatique, mélancolique, masquer, répéter et comédie. Je vous souhaite une bonne lectur

Journal d'une jeune femme (extrait 4)

Bonjour tout le monde, on se retrouve aujourd'hui avec un nouvel extrait du Journal d'une jeune femme. Cela faisait longtemps qu'il n'y en avait pas eu, je me suis encore une fois amusée à l'écrire, j

©2019 par Fan of writing (Sarah K. - Auteure). Créé avec Wix.com